AMP Natecia Lyon - centre de PMA - Fécondation In Vitro


La chirurgie de la reproduction a fortement évolué ces dernières années. Cette évolution est une conséquence de l’essor des techniques de procréation assistée et en particulier de la fécondation in vitro (FIV).

A ses débuts, la FIV nécessitait de pratiquer une coelioscopie pour aspirer les ovocytes. A partir de 1986, les possibilités de recueil ovocytaire écho-guidé ont rendu obsolète l’utilisation de la coelioscopie. Ce progrès considérable a aussi eu pour conséquence qu’il n’était plus nécessaire pour les médecins en charge de la reproduction de posséder une expérience chirurgicale. Le corollaire a été la disparition progressive de toute chirurgie de la reproduction, le « tout FIV » étant la règle avec un élargissement tout à fait anormal des indications de FIV.

Or, même si la FIV est une avancée formidable, elle reste une technique lourde qui malheureusement ne donne que 30% de réussite par tentative (et encore dans les centres expérimentés et sur une population très sélectionnée).
Il semble de ce fait indispensable de repenser correctement nos indications à la lumière des progrès considérables qu’a fait la chirurgie de la reproduction grâce aux techniques mini invasives en particulier endoscopiques.
On peut dire que la chirurgie de la reproduction est maintenant une discipline à part totalement revisitée et qui devrait être présente dans tout centre spécialisé dans la prise en charge de l’infertilité.

Les techniques mises en œuvre sont quasi toutes endoscopiques et au nombre de 3 :

  1. la coelioscopie trans-ombilicale opératoire
  2. l’hydro-coelioscopie trans-vaginale : la Fertiloscopie
  3. l’hystéroscopie diagnostique et opératoire

Le recours à la laparotomie est exceptionnel et fait alors appel à la microchirurgie.

La chirurgie de la reproduction est très loin de l’image classique et ancienne de chirurgie des trompes. En effet aujourd’hui, la chirurgie de la reproduction se subdivise en 7 chapitres :


Page Spéciale pour impression